Acupuncture in patients with osteoarthritis of the knee: a randomised trial
Witt C, Brinkhaus B, Jena S, Linde K, Streng A, Wagenpfeil S, Hummelsberger J, Walther HU, Melchart D, Willich SN
Lancet 2005 Jul 9-15;366(9480):136-143


Acupuncture chez des patients gonarthrosiques : un essai clinique randomisé
Essai clinique. Score méthodologique sur l'échelle de PEDro: 9/10.

CONTEXTE
L'acupuncture est beaucoup utilisée chez des patients souffrant de douleurs chroniques malgré le peu de preuve de son efficacité. Nous avons étudié l'efficacité de l'acupuncture comparée à une acupuncture minimale et à l'absence d' acupuncture chez des patients gonarthrosiques.

MÉTHODES
Les patients gonarthrosiques chroniques (grade Kellgren <= 2) ont été assignés de manière randomisée dans le groupe acupuncture (n = 150), le groupe acupuncture minimale (aiguille placée superficiellement hors des points d'acupuncture : n = 76) ou un groupe sur liste d'attente contrôle (n = 74). Les médecins spécialisés, dans 28 centres ambulatoires différents, effectuaient l'acupuncture ou l'acupuncture minimale en 12 séances sur 8 semaines. Les patients ont remplis des questionnaires standards au départ et après 8 semaines, 26 semaines et 52 semaines. Le critère de jugement principal était l'index Western Ontario and McMaster Universities Osteoarthrisis (WOMAC) à la fin des 8 semaines (ajusté au score du départ). Toutes les analyses principales ont été faites en intention de traiter.

RÉSULTATS
294 patients ont été inclus du 6 mars 2002 jusqu'au 17 janvier 2003 ; 8 patients ont été perdus de vue lors du suivi après la randomisation, mais ont été inclus dans l'analyse finale. La moyenne ajustée au départ de l'index du WOMAC 8 semaines était de 269 (Erreur Standard = 14) dans le groupe acupuncture, 358 (19) dans le groupe acupuncture minimale et 496 (20) dans le groupe contrôle (différence des traitements entre acupuncture et acupuncture minimale de -88 (IC à 95% = -135 à -42), p = 0.00002 ; acupuncture versus contrôle -227 (-275 à -179), p < 0.00001). Après 52 semaines, la différence entre l'acupuncture et l'acupuncture minimale n'était plus significative (p = 0.08).

INTERPRÉTATION
Après 8 semaines de traitement, la douleur et la fonction articulaire sont plus améliorées par l'acupuncture que par l'acupuncture minimale ou l'absence d'acupuncture chez des patients gonarthosiques. Cependant, ce bénéfice diminue avec le temps.

Lien vers PEDro

Étude complète en accès libre


Notez

Effects of integrated motor imagery practice on gait of individuals with chronic stroke: a half-cross-over randomized study
Dickstein R, Deutsch JE, Yoeli Y, Kafri M, Flash F, Dunsky A, Eshet A, Alexander N
Archives of Physical Medicine and Rehabilitation 2013 Nov;94(11):2119-2125


Effets de la pratique de l'imagerie motrice intégrée sur la marche chez des sujets en phase chronique post AVC: une étude randomisée semi-croisée
Essai clinique. Score méthologique sur l'échelle de PEDro : 6/10.

OBJECTIFS
Tester les effets d'une nouvelle approche pratique de l'imagerie motrice, dans laquelle les contenus moteur et motivationnel ont été intégrés afin d'améliorer la marche chez des sujets ayant une hémiparésie chronique post-AVC.

SCHÉMA DE L’ETUDE
Etude semi-croisée composée de deux phases : dans la phase I les sujets ont été répartis au hasard pour recevoir soit le traitement expérimental soit le traitement contrôle. Dans la phase II, les sujets qui avaient initialement reçu le traitement contrôle ont été intervertis pour recevoir le traitement expérimental.

CONTEXTE
Les interventions expérimentales et contrôles ont été dispensées au domicile des sujets, les évaluations ont été effectuées dans un laboratoire de l'hôpital.

PARTICIPANTS
23 personnes vivant chez elles avec hémiparésie post-AVC en phase chronique dont la marche a été altérée.

MÉTHODOLOGIE
Le traitement expérimental, appelé "pratique de l'imagerie motrice intégrée", consistait en des scripts imagés visant à améliorer la marche au domicile et dans le quartier, aussi bien que le sentiment d'efficacité personnelle lié aux chutes. Le traitement contrôle était constitué d'exercices exécutés pour améliorer la fonction du membre supérieur concerné.

PRINCIPAUX CRITÈRES DE JUGEMENT
Les principaux critères de jugements étaient la marche à domicile, la marche à l’intérieur et à l’extérieur en groupe et le sentiment d'efficacité personnelle lié aux chutes. Ceux-ci ont été évalués avant et après le traitement, ainsi qu'après deux semaines de suivi.

RÉSULTATS
La marche à domicile a été significativement améliorée après l'application du traitement expérimental (p <= 0,003), mais pas après le traitement contrôle (p <= 0,68). La marche en groupe ne s'est pas améliorée. Le sentiment d'efficacité personnelle lié aux chutes a été légèrement amélioré par la pratique de l'imagerie motrice intégrée, mais les résultats n'étaient pas sans équivoque.

CONCLUSIONS
La dispense à domicile de la pratique de l'imagerie motrice intégrée était réalisable et a eu un effet positif sur la marche au sein de la maison. Cependant, cela a été inefficace pour améliorer la marche dans les espaces publics. Nous pensons que l’exercice physique ajouté à la pratique de l’imagerie peut-être indispensable pour atteindre ce but.

Lien vers PEDro


Notez

Effect of Jumping Exercise on Muscle Strength and Balance of Elderly People: a Randomized Controlled Trial
Park J, Cho K, Lee W
Journal of Physical Therapy Science 2012 Dec;24(12):1345-1348


Effet de l’exercice de saut sur la force musculaire et l'équilibre des personnes âgées : un essai contrôlé randomisé
Essai clinique. Score méthologique sur l'échelle de PEDro : 6/10.

OBJECTIF
Le but de cette étude était d'étudier l'effet de l’exercice de saut sur la force musculaire et l'équilibre des personnes âgées.

SUJETS
Les participants ont été répartis aléatoirement dans l’un des deux groupes : un groupe d’exercice de saut (n = 16) ou un groupe témoin (n = 15).

METHODES
Les deux groupes ont participé à un programme d'exercices thérapeutiques de 30 minutes, 5 jours par semaine, pendant 4 semaines. Le groupe expérimental a effectué un exercice supplémentaire de saut pendant 20 minutes par jour, 5 jours par semaine, pendant 4 semaines. Un plateau de force (PDM, multifonction force measuring, Zebris, Allemagne, 2004) a été utilisé pour évaluer l'oscillation posturale. L'Echelle d'Equilibre de Berg (EEB) et le "Timed Up and Go Test" (TUG) ont été utilisés pour évaluer les capacités dynamiques, et le Commander Muscle Tester (J Tech Medical) a été utilisé pour mesurer la force musculaire.

RESULTATS
Les amplitudes de l'oscillation posturale (antéro-postérieure et médio-latérale), les capacités d'équilibre dynamique (EEB et le TUG) et la force musculaire (hanche, genou et cheville) ont montré des améliorations significatives dans les deux groupes, après l'intervention. De plus, les changements dans les capacités d'équilibre dynamique (EEB et le TUG) et la force musculaire (hanche, genou et cheville) différaient significativement entre le groupe expérimental et le groupe témoin.

CONCLUSION
Le résultat de l'exercice de saut a permis d'améliorer la force musculaire et l’équilibre. Par conséquent, nous recommandons l’exercice de saut comme un exercice efficace pour les personnes âgées.

Lien vers PEDro

Étude complète en accès libre


Notez

Effect of resistance-exercise training on cognitive function in healthy older adults: a review
Chang Y-K, Pan C-Y, Chen F-T, Tsai C-L, Huang C-C
Journal of Aging and Physical Activity 2012 Oct;20(4):497-517


Effet de l’entraînement par exercices résistés sur la fonction cognitive chez des personnes âgées saines : une revue
Revue systématique. Les revues systématiques ne sont pas notées.

CONTEXTE
Plusieurs études ont démontré que les exercices aident à réduire ou prévenir la détérioration cognitive chez les personnes âgées, et de récentes études ont examiné de façon plus approfondie les effets de l’entraînement par exercices résistés sur la cognition.

OBJECTIF
Le but de cette revue était d’examiner le rôle de l’entraînement par exercices résistés sur la cognition chez les sujets âgés sains.

MÉTHODE
Plus précisément, elle donne une définition, les bénéfices pour la santé et le programme d’entraînement par exercices résistés.
Les auteurs ont également passé en revue les recherches concernant les exercices en résistance et la cognition et ont trouvé que cette modalité d'exercices pouvait améliorer des performances cognitives spécifiques. Ensuite, ils ont examiné les mécanismes potentiels sous-jacents aux exercices avec résistance et à l’amélioration cognitive.

RÉSULTAT ET CONCLUSION
Finalement, ils envisagent des potentiels thérapeutiques et recommandations pour de futures recherches sur l’entraînement par exercices résistés et la cognition chez les personnes âgées.

Lien vers PEDro


Notez

Physiotherapy intervention in Parkinson's disease: systematic review and meta-analysis
Tomlinson CL, Patel S, Meek C, Herd CP, Clarke CE, Stowe R, Shah L, Sackley C, Deane KHO, Wheatley K, Ives N
BMJ 2012 Aug 6;345:e5004


Kinésithérapie et maladie de Parkinson : revue systématique et méta-analyse
Revue systématique. Les revues systématiques ne sont pas notées.

OBJECTIF
Évaluer l’efficacité de la kinésithérapie par rapport à l’absence de traitement chez des personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

CONCEPTION DE L’ÉTUDE
Revue systématique et méta-analyse d’essais contrôlés randomisés.

RECHERCHE DES DONNÉES
Bases de données de la littérature, essais, revues, résumés, comptes rendus de conférence. Recherche des articles publiés jusqu’à fin janvier 2012.

MÉTHODES
Sont retenus les essais contrôlés randomisés comparant la kinésithérapie à l’absence de traitement chez des patients souffrant de la maladie de Parkinson.
2 auteurs recueillent indépendamment les données de chaque essai. Les méthodes standards de la méta-analyse sont utilisées pour analyser les effets de la kinésithérapie en comparaison à l'absence d’intervention. Des tests d’hétérogénéité sont effectués pour analyser les différences des effets entre les interventions de kinésithérapie.
Les paramètres mesurés sont la marche, la mobilité fonctionnelle, l’équilibre, les chutes, l’évaluation clinique et mesure de l’incapacité, la mesure de la qualité de vie du patient, les évènements indésirables, la compliance, et l’analyse économique.

RÉSULTATS
39 essais (1827 participants) répondent aux critères d’inclusion, dont 29 fournissent des données pour la méta-analyse.
Un bénéfice significatif de la kinésithérapie est retrouvé dans 9 des 18 résultats analysés.
Les résultats cliniquement significatifs sont la vitesse de marche (0.04m/s ; IC95 : 0.02 à 0.06, p<0.001), la Berg balance scale (3.71 points, IC95 : 2.30 à 5.11, p<0.001), UPDRS (score total : -6.15 points, IC95 : -8.57 à -3.73, p<0.001 ; sous-score AVQ : -1.36, IC95 : -2.41 à -0.30, p=0.01 ; sous-score moteur : -5.01, IC95 : -6.30 à -3.72, p<0.001).
La comparaison indirecte des méthodes de kinésithérapie ne montre pas de différence pour les résultats analysés, à part pour le sous-score moteur de l’UPDRS.

CONCLUSION
La kinésithérapie a des effets bénéfiques à court terme sur la maladie de Parkinson.
Une importante diversité de techniques est actuellement utilisée, leurs effets étant légèrement différents. De larges essais contrôlés randomisés bien conduits avec une meilleure méthodologie sont nécessaires pour évaluer l’efficacité et le coût de la kinésithérapie en cas de maladie de Parkinson sur le long terme

Lien vers PEDro

Etude complète en accès libre


Notez

A randomised controlled trial of a self-management education program for osteoarthritis of the knee delivered by health care professionals
Coleman S, Briffa NK, Carroll G, Inderjeeth C, Cook N, McQuade J
Arthritis Research & Therapy 2012 Jan 27;14(1):R21


Un essai contrôlé randomisé d'un programme d'éducation d'auto-prise en charge pour la gonarthrose délivré par les professionnels de santé
Essai contrôlé randomisé. Score méthodologique sur l'échelle de PEDro : 8/10

INTRODUCTION
Notre objectif dans cette présente étude était de déterminer si un programme d'auto-prise en charge spécifique à une maladie pour les patients en soins primaires avec gonarthrose (le programme d’auto-prise en charge de la gonarthrose (APECG)) mis en œuvre par les professionnels de santé entraîneraient et maintiendraient des améliorations cliniquement significatives dans les résultats liés à la santé comparé à un groupe contrôle.

METHODE
Des médecins ont sélectionné 146 patients en soins primaires avec arthrose du genou. Les volontaires avec une pathologie articulaire inflammatoire coexistante ou de sérieuses comorbidités ont été exclus. La randomisation s'est faite soit dans le groupe contrôle, soit dans le groupe APECG. Le groupe APECG a suivi un programme d'auto-prise en charge de 6 semaines. Le groupe contrôle a eu une période d'attente de 6 mois avant d'entrer dans le groupe APECG. Les évaluations ont été faites au départ, à 8 semaines et à 6 mois. Les mesures principales étaient les résultats mesurés du WOMAC et des items douleur et fonction de la version 1 du questionnaire Short-Form 36 (SF-36). Les mesures secondaires étaient la douleur sur l'échelle visuelle analogique (EVA), le test timed up and go (TUG), l'amplitude articulaire du genou et la force en isométrique du quadriceps et des ischio-jambiers. Les réponses au traitement et les améliorations minimales cliniquement importantes ont été déterminées.

RESULTATS
Dans le groupe APECG, la douleur à l'EVA s'est améliorée entre le début et la 8e semaine allant d'une moyenne (écart-type de la moyenne) de 5,21 (0,30) à 3,65 (0,29) (p<=0,001). Pendant cette période, les améliorations dans le groupe APECG comparées avec le groupe contrôle et les réponses au traitement ont été montrées pour les facteurs suivants : les domaines douleur et fonction et le score total du WOMAC, ainsi que les domaines fonction physique, limitations dûes à l’état physique, douleurs physiques, vitalité et vie et relation avec les autres du SF-36. De plus, entre le début et la 8e semaine, la proportion d'améliorations minimes cliniquement importantes était meilleure dans le groupe APECG que dans le groupe contrôle, et ce pour toutes les mesures. Concernant la période entre le début et le 6ème mois, les domaines douleur et fonction et le score total du WOMAC ont été significativement améliorés dans le groupe APECG comparé au groupe contrôle, tout comme les domaines fonction physique, limitations dûes à l’état physique, douleurs physiques, vitalité et vie et relation avec les autres du SF-36, ainsi que la force des ischio-jambiers des deux côtés. Pendant la même période, le test TUG, l'amplitude articulaire d'extension et la flexion du genou gauche se sont améliorés comparés au groupe contrôle, bien que ces améliorations avaient une faible pertinence clinique.

CONCLUSION
Nous avons enregistré des améliorations statiquement significatives en comparaison avec un groupe contrôle en regard de la douleur, la qualité de vie et la fonction pour les participants au programme APECG sur la base des mesures du WOMAC et du SF-36 prises à la 8e semaine et à 6 mois du début.

Lien vers PEDro


Notez

Effect of thumb joint mobilization on pressure pain threshold in elderly patients with thumb carpometacarpal osteoarthritis
Villafane JH, Silva GB, Fernandez-Carnero J
Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics 2012 Feb;35(2):110-120


Effet de la mobilisation de l’articulation du pouce sur le seuil douloureux à la pression chez les patients âgés atteints d’arthrose carpo-métacarpienne du pouce
Essai contrôlé randomisé. Score méthodologique sur l'échelle de PEDro : 8/10.

OBJECTIF
Cette étude a évalué les effets de la réalisation de mouvements accessoires selon Maitland en mobilisation passive sur la diminution de la douleur locale et la force en cas d’arthrose carpo-métacarpienne du pouce (ACMP).

MÉTHODE
Vingt-huit patients âgés de 70 à 90 ans atteints d’ACMP secondaire ont été randomisés dans un groupe mobilisation par glissements et un groupe mobilisation placebo. Le modèle de cette étude est un essai randomisé contrôlé en double aveugle. Le traitement consistait en la réalisation de mouvements accessoires en mobilisation passive selon Maitland de la main dominante durant 4 sessions étalées sur 2 semaines. Nous avons mesuré le seuil de douleur à la pression (SDP) par algométrie, au niveau de l’articulation trapézo-métacarpienne (ATM), du tubercule de l’os scaphoïde et de l’apophyse unciforme de l’hamatum. La force des prises bidigitales et tridigitales a également été mesurée. La force de préhension a été mesurée par un dynamomètre de préhension. Les mesures ont été prises avant traitement, puis à une semaine de traitement (premier suivi) et deux semaines (second suivi).

RÉSULTATS
Toutes les valeurs du groupe mobilisation placebo sont restées inchangées tout au long du traitement. Dans le groupe traité, le SDP sur l’ATM était de 3,85 +/- 0,35 kg/cm², et a augmenté jusqu’à 3,99 +/- 0,37 après traitement, hausse maintenue au premier suivi 3,94 +/- 0,39 et au second suivi 4,74 +/- 0,40. A contrario, nous n’avons pas trouvé de différence de SDP au niveau des autres structures après traitement. De la même manière, la force des prises bidigitales, tridigitales et de la préhension est restée inchangée après traitement.

CONCLUSIONS
La mobilisation passive par mouvements accessoires a augmenté le SDP sur l’ATM ; cependant, cela n’a pas amélioré la fonction motrice chez les patients atteint d’ACMP.

Lien vers PEDro


Notez

The effects of whole body vibration therapy on bone mineral density and leg muscle strength in older adults: a systematic review and meta-analysis
Lau RW, Liao LR, Yu F, Teo T, Chung RC, Pang MY
Clinical Rehabilitation 2011 Nov;25(11):975-88


Les effets de la thérapie par vibration globale du corps sur la densité osseuse et la force musculaire des membres inférieurs chez les personnes âgées : une revue systématique et méta-analyse
Revue systématique. Les revues systématiques ne sont pas notées.

OBJECTIF
Il a été entrepris de réaliser une revue systématique et une méta-analyse afin de déterminer si la vibration globale du corps avait un effet sur la densité osseuse et la force musculaire des membres inférieurs chez les personnes âgées.

BASES DE DONEES
Les sources ont été MEDLINE, CINAHL, EMBASE, PEDro, PubMed, Science Citation Index et la liste de références de chaque article admissible.

METHODE
La recherche des articles et leur sélection ont été réalisées indépendamment par deux chercheurs. La qualité méthodologique de chaque article sélectionné a été évaluée par l’échelle de PEDro.

RESULTATS
13 essais randomisés (18 articles) totalisant 896 sujets remplissaient les critères de sélection. 4 étaient considérés comme ayant une qualité méthodologique bonne ou excellente, le reste était évalué comme assez bon. La méta-analyse a révélé que la vibration globale du corps n’a pas d’effet significatif sur la densité osseuse de la hanche ou du rachis lombaire chez la femme âgée lorsqu’elle est comparée avec aucun traitement ou des exercices actifs (p>0,05). Cependant, la vibration globale du corps a un effet significatif sur la force d’extension dynamique du genou (différence moyenne standardisée=0,63, p=0,006), la force isométrique d’extension de la jambe (différence moyenne standardisée=0,57, p=0,003), la mesure fonctionnelle de la force musculaire des membres inférieurs telle que la hauteur de saut (différence moyenne standardisée=0,51, p=0,010) et la performance au test assis-debout (différence moyenne standardisée=0,72, p<0,001) chez des personnes âgées comparée à un groupe avec aucun traitement.

CONCLUSION
La vibration globale du corps a un effet bénéfique pour améliorer la force musculaire des membres inférieurs chez les personnes âgées. Cependant, la revue suggère que la vibration globale du corps n’a pas d’effet absolu sur la densité osseuse chez les femmes âgées. Aucune étude randomisée n’a évalué les effets de la vibration globale du corps sur la densité osseuse des hommes âgés.

Lien vers PEDro


Notez

A systematic review of the effects of physical activity on physical functioning, quality of life and depression in older people with dementia
Potter R, Ellard D, Rees K, Thorogood M
International Journal of Geriatric Psychiatry 2011 Jan 6


Une revue systématique sur les effets de l’activité physique sur le fonctionnement physique, la qualité de vie et la dépression chez des personnes âgées démentes
Revue systématique. Les revues systématiques ne sont pas notées.

CONTEXTE
La dépression est fréquente chez les personnes âgées démentes. L’activité physique est efficace pour réduire la dépression chez les adultes mais il y a de faibles preuves concernant son efficacité sur les personnes démentes.

MATÉRIEL ET MÉTHODE
Il est réalisé une revue systématique et une méta-analyse partiale de l’activité physique chez les personnes démentes. Nous avons cherché dans 8 bases de données les articles en langue anglaise et les listes de références d’articles pertinents.
Les études incluses comprenaient la pratique d’activités physiques pendant au moins 12 semaines chez des participants âgés et avec un diagnostic de démence. Les études effectuaient une comparaison avec un groupe contrôle non actif ou sans traitement et mesuraient au moins un paramètre lié à la fonction physique, la qualité de vie ou la dépression. Deux auteurs au minimum évaluaient de façon indépendante chaque article concernant ses critères d'inclusion, la qualité de l’étude et les données extraites.

RÉSULTATS
13 études randomisées contrôlées ont été incluses avec 896 participants. 3 des 6 études qui incluaient la marche dans leurs mesures montrèrent une amélioration, tout comme 4 des 5 études qui incluaient le test «timed get up and go ». Seulement 1 des 4 études qui évaluaient la dépression dans leurs résultats montra un effet positif. Les 2 études qui évaluaient la qualité de vie montrèrent une amélioration.

CONCLUSIONS
Il existe des preuves sur le fait que l’activité physique améliore la fonction physique chez les personnes âgées démentes. Les preuves pour un effet sur la qualité de vie et la dépression restent limitées.

Lien vers PEDro


Notez

Exercise to prevent falls in older adults: an updated meta-analysis and best practice recommendations
Sherrington C, Tiedemann A, Fairhall N, Close JC, Lord SR
N S W Public Health Bull. 2011 Jun;22(3-4):78-83


Des exercices pour prévenir les chutes des personnes âgées: une mise à jour de méta-analyse et des recommandations de bonne pratique
Revue systématique. Les revues systématiques ne sont pas notées.

MÉTHODE ET RÉSULTATS
Cette mise à jour de revue systématique inclut 54 essais contrôlés randomisés et confirme que les exercices, comme seule intervention peuvent prévenir les chutes (ratio du taux global 0.84, IC95% 0.77-0.91).
La méta-régression a révélé que des programmes qui incluaient un entrainement de l'équilibre, qui comprenaient une haute dose d'exercices et n'incluant pas un entraînement à la marche avaient un meilleur effet pour la réduction du nombre de chutes.

RECOMMANDATIONS ET CONCLUSION
Nous recommandons donc que les exercices de prévention des chutes devraient fournir une sollicitation importante ou modérée de l'équilibre, pour au moins 2 heures par semaine sur une durée continue.
De plus, nous recommandons que :
- les exercices de prévention des chutes devraient cibler à la fois la communauté générale et les personnes à risque élevé de chute,
- les exercices peuvent être entrepris en groupe ou à domicile,
- un entraînement de la force musculaire et de la marche peuvent être inclus en plus de l'entraînement de l'équilibre, mais les personnes à haut risque de chute ne devraient pas avoir de programme de marche trop rapide/brusque,
- et d'autres facteurs de risque de chute devraient être abordés.

Lien vers PEDro

Lien vers Pubmed

Lien vers l'article en accès libre


Notez

The Effectiveness of Exercise on Improving Cognitive Function in Older People: A Systematic Review
Tseng C-N, Gau B-S, Lou M-F
The Journal of Nursing Research 2011 Jun;19(2):119-131


Efficacité de l'exercice sur l'amélioration de la fonction cognitive des personnes âgées: une revue systématique
Revue systématique. Les revues systématiques ne sont pas notées.


CONTEXTE
Les avantages bien documentés de l'exercice physique et la valeur de cet exercice pour améliorer la santé mental ont réhaussé le profil et le rôle de l'exercice dans les soins de santé. Cependant, les études évaluant les effets de l'exercice sur la fonction neuro-cognitive ont produit des résultats équivoques.


OBJECTIF
Cette étude a été conçue pour examiner l'efficacité de l'exercice sur l'amélioration de la fonction cognitive chez les personnes âgées


MÉTHODE
Les chercheurs ont utilisé, dans cette revue, une approche de synthèse narrative et ont effectué une recherche informatique dans MEDLINE, CINAHL, la Cochrane Library, et la Airiti Library (chinoise) de 2006 à 2009 en utilisant les termes de recherche: exercice, physical activity, et cognition.
L'évaluation de la qualité de la recherche a été évalué en utilisant les "Consolidated Standards of Reporting Trials criteria" (normes consolidés des critères d'évaluation d'essais).

RÉSULTATS
Cette revue a incluse 12 ECR de qualité moyenne à haute. La plupart des études examinées ont utilisé un régime d'exercice de 60 minutes établi 3 fois par semaine et qui a été poursuivi pendant 24 semaines. Sur les 12 études, 8 ont révélé que l'exercice peut améliorer la fonction cognitive. 5 études ont porté sur les personnes âgées en bonne santé et 3 ont étudié les personnes âgées ayant une déficience cognitive au départ. L'analyse des études a montré que de l'exercice avec une seule composante était meilleur pour les personnes âgées avec une déficience cognitive et que l'exercice avec plusieurs composantes était meilleur pour les personnes sans déficience.

CONCLUSIONS
Cette revue systématique a démontré qu'un régime d'exercice de 6 semaines avec au moins 60 minutes 3 fois par semaine avait un effet positif sur la cognition. Le fait que l'exercice à plusieurs composantes soit significativement plus efficace dans l'amélioration de la fonction cognitive, particulièrement chez personnes âgées en bonne santé, devrait être testé en utilisant des essais plus large et avec une méthodologie plus rigoureuse.

Lien vers PEDro

Etude complète en accès libre


Notez

Does exercise protect from cognitive decline by altering brain cytokine and apoptotic protein levels? A systematic review of the literature
Packer N, Pervaiz N, Hoffman-Goetz L.
Department of Health Studies and Gerontology, University of Waterloo, Waterloo, Ontario, Canada


L'exercice physique protège t-il du déclin cognitif en modifiant les cytokines cérébrales et les taux de protéines apoptotiques ? Une revue systématique de littérature
Revue systématique. Les revues systématiques ne sont pas notées.

L'exercice régulier est connu pour prévenir contre le déclin cognitif lié à l'âge et réduire le risque de démence. Les mécanismes des effets protecteurs de l'exercice physique ne sont pas connus, bien que des changements dans les taux de cytokines inflammatoires pourraient être impliqués.

Une revue systématique de la littérature a été effectuée afin d'évaluer :
- les effets de l'exercice sur les cytokines cérébrales
- la rigueur méthodologique des études ayant examiné ces effets de l'exercice
- le rôle potentiel de l'exercice régulier dans la diminution des cytokines pro-inflammatoires qui pourraient être impliquées dans la démence
Cette revue a aussi étudié les effets de l'exercice sur l'expression des protéines concurrentes pro et anti-apoptotiques dans le cerveau, liée aux changements des cytokines.

Cinq bases de données ont été consultées jusqu'à Janvier 2010 avec une première identification de 630 articles, 61 ont été extraits dont 10 correspondaient aux critères d'inclusion de l'étude.
La qualité méthodologique des recherches portant sur les programmes d'exercice pratiqué ponctuellement ou régulièrement a été évalué grâce à une échelle de PEDro modifiée.

Deux études ont été réalisées avec des participants humains, huit études proposent des modèles à partir de souris et de rats.
Les études différaient sensiblement par :
- leur conception et leur rigueur méthodologique
- le type, l'intensité et la durée d'exercice
- les cytokines et les protéines apoptotiques mesurées
- les régions cérébrales échantillonnées
Malgré ces variations de conception, de résultats pour des cytokines spécifiques et de type d'exercice, les dix études fournissent des preuves limitées montrant qu'un exercice intensif aigu augmente les cytokines pro-inflammatoires centrales, alors qu'un programme d'entraînement régulier les diminue.
Deux études animales rapportent un lien entre l'entraînement physique et la diminution des cytokines pro-inflammatoires, ainsi que des fonctions cognitives améliorées d'après les évaluations comportementales telles que le labyrinthe de Morris.
Des recommandations pour la conception de futures recherches à propos de l'entraînement physique, des cytokines centrales et de la cognition sont proposées.

Lien vers PEDro

Etude complète en accès libre


Notez

Reducing the fear of falling among community-dwelling elderly adults through cognitive-behavioural strategies and intense Tai Chi exercise: a randomized controlled trial.
Huang T-T, Yang L-H, Liu C-Y
Journal of Advanced Nursing 2011 May;67(5):961-971 .


Diminution de la peur de tomber chez des personnes âgées à domicile après traitement par une stratégie cognitive comportementale et exercice de Tai Chi intensif: une étude randomisée et contrôlée.
Essai clinique. Score méthodologique sur l'échelle de PEDro: 8/10

OBJECTIF 
Etudier l'efficacité d'un traitement avec stratégie cognitive-comportementale avec ou sans exercice de Tai Chi  intensif dans la diminution de la peur de tomber chez des personnes âgées à domicile.

CONTEXTE
La peur de tomber est un problème de santé majeur parmi les personnes âgées à domicile. La prévalence de cette peur de tomber oscille entre 29% et 77%, cela soulève l'importance d'élaborer des stratégies efficaces dans la réduction de la peur de tomber chez la personne âgée.

MÉTHODE
Les données ont été recueillies de janvier à décembre 2007. L'étude était randomisée et contrôlée et comprenait trois groupes (contrôle, cognitif comportemental et cognitif comportemental plus Tai Chi). Les participants étaient évalués selon des critères démographiques, leurs antécédents de chute et leur peur de tomber. Des données sur ces variables en plus des données sur le nombre de chutes, mobilité, comportement et satisfaction au niveau du soutien social ainsi que la qualité de vie, étaient recueillies 2 et 5 mois après la fin de l'étude.

RÉSULTATS 
Il y avait une différence significative entre les participants de trois groupes au niveau des résultats sur la peur de tomber (F = 20·89, P < 0·001; F = 6·09, P < 0·001) la mobilité (F = 30·33, P < 0·001), comportement et satisfaction au niveau du soutien social (F = 3·32, P < 0·05 et F = 6·35, P < 0·001, respectivement) et la qualité de vie (F = 16·66, P< 0·001). De plus, les participants traités avec thérapie cognitive comportementale associée au Tai Chi avaient des résultats significativement plus bas au niveau de l’évaluation de la peur de tomber (P < 0·001) une mobilité plus grande (P < 0·001), une plus grande satisfaction au niveau du soutien social (P < 0·01) et une meilleure qualité de vie (P < 0·001) par rapport au groupe de traitement exclusif de thérapie cognitive comportementale et par rapport au groupe contrôle 5 mois après le début de l'étude. Il n'y avait pas de différence significative entre les trois groupes au niveau du nombre de chutes.

CONCLUSION
Les résultats de cette étude suggèrent que le traitement cognitif comportemental associé à des exercices de Tai Chi a aidé les personnes âgées à domicile a augmenté leur mobilité, a amélioré la gestion de leur peur de tomber ainsi que leur qualité de vie.

Lien vers PEDro


Notez

Does the 'Otago exercise programme' reduce mortality and falls in older adults?: a systematic review and meta-analysis
Thomas S, Mackintosh S, Halbert J
Age and Ageing 2010 Sep;39(6):681-687


Le « programme d'exercices d'Otago » réduit-il la mortalité et les chutes chez les personnes âgées ? Une revue systématique et méta-analyse
Revue systématique. Les revues systématiques ne sont pas notées.

CONTEXTE
Le « programme d'exercices d'Otago » (PEO) est un programme d'entraînement de la force musculaire et de l'équilibre destiné à prévenir les chutes chez les personnes âgées vivant à domicile.
Le but de cette revue était d'évaluer les effets du PEO sur le risque de décès et le taux de chutes, mais également d'étudier le niveau observance du PEO chez les personnes âgées.

MÉTHODE
Type d'étude : revue systématique avec méta-analyse.
Critères d'inclusion : Essais cliniques dans lesquels le PEO a été proposé en première intervention, participants de plus de 65 ans vivant à domicile.
Résultats étudiés : Risque de décès, nombre de chutes, nombre de chutes avec blessures et observance des personnes pour ce programme d'exercices.

RÉSULTATS
7 essais cliniques impliquant 1503 participants ont été inclus.
L'âge moyen des participants était de 81,6 ans (+/- 3,9).
Le PEO a significativement réduit :
les risque de décès de plus de 12 mois (risque relatif =0,45 / IC 95% 0,25 à 0,80)
le taux de chutes (taux d'incidence = 0,68, IC 95% 0,56 à 0,79)
Il n'y avait pas de différence significative pour le risque d'une blessure sérieuse ou modérée survenant à la suite d'une chute (risque relatif=1,05 / IC 95% =0,91 à 1,22).
Parmi les 747 personnes participant toujours aux études à 12 mois, 274 (36,7%) pratiquaient encore les exercices trois fois ou plus par semaine.

CONCLUSION
Le PEO réduit significativement le risque de décès et le risque de chute chez les personnes âgées vivant à domicile.


Lien vers PEDro

Etude complète en accès libre

Le programme d'exercices d'Otago en détails


Notez

Efficacy of a short multidisciplinary falls prevention program for elderly persons with osteoporosis and a fall history: a randomized controlled trial
Smulders E, Weerdesteyn V, Groen BE, Duysens J, Eijsbouts A, Laan R, van Lankveld W
Archives of Physical Medicine and Rehabilitation 2010 Nov;91(11):1705-1711


Efficacité d'un programme court et multidisciplinaire de prévention des chutes pour des personnes âgées présentant des antécédents de chutes et de l'ostéoporose: un ECR
Essai clinique. Score méthodologique sur l'échelle de PEDro: 8/10

OBJECTIF
Evaluer l'efficacité du programme de prévention des chutes de Nijmegen (NFPP) pour des personnes avec de l'ostéoporose et des antécédents de chutes dans un essai contrôlé randomisé. Les personnes atteintes d'ostéoporose présentent un risque de fractures lié à la chute en raison d'une résistance osseuse diminuée. Une diminution du nombre de chutes devrait donc être particulièrement bénéfique pour ces personnes.

MÉTHODE
Type: Essai contrôlé randomisé.

Contexte: Hôpital.

Participants: Personnes avec de l'ostéoporose et des antécédents de chutes(N = 96; moyenne + / - 71,0 ans, écart type + / - 4.7ans; 90 femmes).

Intervention: Après évaluation de base, les participants ont été assignés au hasard à un groupe exercice (n = 50); ont participé au NFPP pour les personnes souffrant d'ostéoporose [5.5 semaines]) ou un groupe témoin (n = 46; soins habituels).

Critères de jugement: Le critère principal de jugement était le taux de chute, mesuré en utilisant des calendriers de chute mensuelle pendant 1 an. Les critères secondaires étaient la confiance dans l'équilibre (Activity-specific Balance Confidence Scale), la qualité de vie (QV [questionnaire de Qualité de Vie de la Fondation européenne pour l'ostéoporose]), et le niveau d'activité (questionnaire d'activité physique LASA, podomètre), évalués post-traitement à la suite de ce programme et après 1 an de suivi.

RÉSULTATS
Le taux de chute dans le groupe exercice était de 39% inférieur à celui du groupe contrôle (0,72 contre 1,18 chutes / personne-année; 0,61 ratio risque; intervalle de confiance à 95% 0,40 à 0,94). La confiance dans l'équilibre dans le groupe exercice a augmenté de 13,9% (p = 0,001). Aucune différence entre les groupes n'a été observée pour la qualité de vie et le niveau d'activité.

CONCLUSION
Le NFPP pour les personnes souffrant d'ostéoporose a été efficace pour diminuer le nombre de chutes et améliorer la confiance dans l'équilibre. Par conséquent, il s'agit d'un outil précieux pour améliorer la mobilité et l'indépendance des personnes souffrant d'ostéoporose.

Lien vers PEDro


Notez

Preoperative therapeutic exercise in frail elderly scheduled for total hip replacement: a randomized pilot trial [with consumer summary]
Hoogeboom TJ, Dronkers JJ, van den Ende CHM, Oosting E, van Meeteren NLU
Clinical Rehabilitation 2010 Oct;24(10):901-910


Exercices thérapeutiques préopératoires pour les personnes âgées en attente d'une arthroplastie totale de hanche : une étude pilote randomisée
Essai clinique. Score méthodologique sur l'échelle de PEDro : 8/10

OBJECTIF
Évaluer la faisabilité et l'efficacité préliminaire des exercices thérapeutiques préopératoires avant arthroplastie totale de hanche chez les personnes âgées.

METHODE
Lieu : Service de physiothérapie ambulatoire
Sujets : Personnes âgées avec coxarthrose en attente d'arthroplastie totale de hanche.
Déroulement : Un programme court (3 à 6 semaines) d'exercices thérapeutiques, élaboré « sur mesure », a été comparé aux soins habituels.
Principales mesures : La faisabilité a été évaluée par la satisfaction du patient, l'observance, l'apparition d'effets indésirables et le nombre de personnes éligibles ne participant pas.
L'efficacité préopératoire préliminaire par l'évaluation des performances, de l'auto-évaluation de la douleur, de la fonction, des activités physiques et de la qualité de vie.
En postopératoire, la récupération fonctionnelle et la durée de séjour hospitalier ont été mesuré.

RESULTATS
62 patients éligibles ont été contactés parmi lesquels 21 (76 ans en moyenne) ont accepté de participer.
Le groupe « exercices » (n=10), a évalué l'intervention comme « très bonne » (8,9 sur une échelle de 10 points, 8 à 10).
Aucun effet indésirable important n'est survenu.
41 patients éligibles n'ont pas participé (66%), principalement en raison de considérations d'ordre logistique, résultant de biais de sélection.
Le groupe « intervention » (taux de participation aux séances de 91%), a montré des améliorations préopératoires pertinentes du temps de passage assis-debout (delta -2,9 secondes ; IC 95% -6,2 à 0,4) et du Time-up-and-go (delta -4,4 secondes ; IC 95% -9,3 à0,5).
En postopératoire, aucune différence significative n'a été observée.

CONCLUSIONS
Un programme d'exercices court et conçu « sur mesure » est bien toléré et apprécié par les patients âgés en attente d'arthoplastie totale de hanche. Cependant, un grand essai clinique randomisé n'est pas justifié, en raison du nombre élevé de personnes éligibles qui ne participent pas.

Lien vers PEDro


Notez

Mobility training after hip fracture: a randomised controlled trial [with consumer summary]
Moseley AM, Sherrington C, Lord SR, Barraclough E, St George RJ, Cameron ID
Age and Ageing 2009 Jan;38(1):74-80


Programme d'exercices après fracture de hanche : un essai clinique randomisé
Essai clinique. Score méthodologique sur l'échelle de PEDro : 8/10

OBJECTIF
Comparer les effets de 2 programmes d'exercices différents après fracture de hanche.

METHODE
Lieu
Unités de réadaptation fonctionnelle avec soins de suite à domicile.
Sujets
160 personnes ayant bénéficié d'une ostéosynthèse après une fracture de hanche et transféré dans des services de réadaptation fonctionnelle.
Déroulement
En plus d'autres techniques de réhabilitation, le groupe « Intervention » a bénéficié d'un programme soutenu d'exercices à partir de la position debout (60min/jour) et le groupe témoin a bénéficié d'un programme moins soutenu d'exercices en position assise ou couchée (30 min/jour).
Les principaux résultats mesurés ont été la force des muscles extenseurs du genou homolatéral à la fracture de hanche et la vitesse de la marche, mesurés à 4 et 16 semaines.

RESULTATS
150 personnes (94% des sujets recrutés) ont été jusqu'au bout de cet essai clinique.
Il n'y avait aucune différence entre les groupes pour les mesures des 2 résultats principaux.
Les analyses post-hoc ont montré une augmentation de la vitesse de marche parmi les personnes du groupe ayant bénéficié d'un programme soutenu d'exercices en charge et qui présentaient des troubles cognitifs.

CONCLUSIONS
Il n'y avait aucun avantage (ni aucun préjudice) lié au programme soutenu d'exercices en charge en considérant les mesures des résultats principaux.
Toutefois, les personnes présentant une fracture de hanche et des troubles cognitifs associés ont obtenu un plus grand bénéfice en suivant le programme soutenu en comparaison au programme plus léger.

Lien vers PEDro


Notez

A randomised controlled trial of a home based exercise programme to reduce the risk of falling among people with Parkinson's disease
Ashburn A, Fazakarley L, Ballinger C, Pickering R, McLellan LD, Fitton C
Journal of Neurology, Neurosurgery, and Psychiatry 2007 Jul;78(7):678-684


Réduction du risque de chute par un programme d'exercices à domicile pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson: un essai clinique randomisé
Essai Clinique. Score méthodologique sur l'échelle de PEDro: 8/10

OBJECTIF
Évaluer l'efficacité d'un programme à domicile d'exercices et de stratégies personnalisés pour les personnes présentant une maladie de Parkinson (MP) et chutant de façon répétée.

METHODE
Critères d'inclusion: Patients avec un diagnostic confirmé de MP idiopathique, autonomes, vivant à domicile, ayant chuté plus d'une fois au cours des 12 mois précédents et ne présentant pas d'atteintes cognitives majeures.
Les soins habituels ont été comparés avec un programme à domicile d'exercices et de stratégies pendant 6 semaines.
Le résultat principal était l'évaluation des taux de chute à 8 semaines et 6 mois.
Les chutes ont également étaient examinés selon 3 critères: chutes répétées/ presque-chutes répétées/ chutes avec blessures.
La Functional Reach, le test d'équilibre de Berg, le Parkinson Disease Self-assessment Scale et le Euro Quol ont été évalués par un évaluateur en aveugle.

RESULTATS
Les participants ont été randomisés dans le groupe « exercices » (n=70) et dans le groupe contrôle (n=72).
Il y avait une tendance constante à la diminution du taux de chute pour le groupe « exercices » à 8 semaines mais également à 6 mois, ainsi qu'une baisse à 6 mois des taux de chute avec blessures nécessitant des soins médicaux.
La baisse des taux des « presque-chutes » répétées était évidente pour le groupe « exercices » à 8 semaines (p=0,004) et à 6 mois (p=0,007).
Il y avait un effet positif des exercices à 6 mois sur la Functional Reach (p=0,009) et la qualité de vie (p=0,033).
Aucune différence significative n'a été observée sur les autres mesures de résultats secondaires.

CONCLUSION
Il y avait une tendance en faveur de la réduction des chutes et des blessures par chutes avec un effet positif des exercices sur les « presque-chutes » et la qualité de vie.

Lien vers PEDro


Notez

A review of therapeutic ultrasound: effectiveness studies
Robertson VJ, Baker KG
Journal of Women's Health Physical Therapy 2010 Sep-Dec;34(3):99-110


Une revue des études traitant de l'efficacité des ultrasons à usage thérapeutique
Revue Systématique. Les revues systématiques ne sont pas notées.

CONTEXTE
Les ultrasons à usage thérapeutique sont un des agents les plus largement et fréquemment utilisés en électrophysiothérapie. Malgré plus de 60 ans d'utilisation clinique, l'efficacité des ultrasons reste discutable dans le traitement des personnes souffrant de douleurs, de lésions musculo-squelettiques et de lésions des tissus mous.

OBJECTIF
Cet article présente une revue systématique des essais contrôlés randomisés (ECR) dans lesquels les ultrasons ont été utilisés pour traiter les personnes présentant ces troubles.
Chaque essai était conçu pour étudier la contribution des ultrasons actifs ou placebos aux résultats mesurés auprès des patients.
Selon les conditions, les ultrasons (actifs ou placebos) étaient utilisés seuls ou conjointement avec d'autres interventions thérapeutiques de manière à pouvoir identifier sa contribution et la distinguer des autres.

METHODE
35 ECR en langue anglaise ont été publiés entre 1975 et 1999.
Chaque ECR identifié a été évalué en fonction des résultats pour les patients et de sa pertinence méthodologique.

RESULTATS
10 ECR parmi les 35 présentaient une méthodologie acceptable, utilisant les critères fondés sur ceux développés par Sackett et al.
Parmi ces 10 ECR, les résultats de 2 études suggèrent que les ultrasons thérapeutiques actifs sont plus efficaces que les placebos pour traiter certains problèmes cliniques (syndrôme du canal carpien et tendinite calcifiante de l'épaule), et les résultats des 8 autres études suggèrent qu'ils ne le sont pas.

DISCUSSION ET CONCLUSION
Il y avait peu de preuves que les les ultrasons thérapeutiques actifs soient plus efficaces que les placebos pour traiter les personnes souffrant de douleurs ou de différentes sortes de troubles musculo-squelettiques, ou pour favoriser la cicatrisation des tissus mous.
Les quelques études présentant une méthologie adaptée ont examiné un large éventail de problèmes pour les patients.
Les doses appliquées dans ces études varient considérablement, souvent sans raison apparente.

Lien vers PEDro

Note: Cette publication était déjà parue dans Physical Therapy en 2001, elle est consultable en accès gratuit dans les archives du journal.


Notez

Inpatient rehabilitation specifically designed for geriatric patients: systematic review and meta-analysis of randomised controlled trials [with consumer summary]
Bachmann S, C Finger, Huss A, M Egger, Stuck AE, Clough-Gorr KM
BMJ 2010 avr. 20; 340: c1718


Réadaptation visant spécifiquement les patients hospitalisés en gériatrie: une revue systématique et méta-analyse d'essais cliniques randomisés
Revue systématique. Les revues systématiques ne son pas notées.

OBJECTIF
Evaluer les effets de la réadaptation visant spécifiquement les patients hospitalisés en gériatrie par rapport aux soins habituels sur l'état fonctionnel, sur les admissions en maison médicalisée, et sur la mortalité.

METHODE
Une revue systématique et une méta-analyse sont réalisées à partir des données provenant de Medline, Embase, Cochrane et les listes de référence de la littérature publiée. Seules les méthodes d'examen des essais contrôlés randomisés ont été incluses.
Les essais devaient porter sur la réadaptation des patients hospitalisés, et devaient faire rapport au moins de l'amélioration fonctionnelle, de l'admission en maison médicalisée, ou de la mortalité.
Les critères d'exclusion étaient les suivants:
- essais portant sur la consultation ou sur les soins ambulatoires
- essais portant sur des patients âgés de moins de 55 ans
- essais portant sur la réadaptation non-pluridisciplinaire
- essais sans groupe contrôle recevant des soins habituels

Les données ont été extraites en double.
Les Odds Ratio (OR) et les risques relatifs à des intervalles de confiance de 95% ont été calculés.

RESULTATS
17 essais comprenant 4780 personnes comparant les effets de programmes généraux ou orthopédiques de réadaptation gériatrique par rapport aux soins habituels ont été inclus.
Les méta-analyses des effets ont montrés un bénéfice global dans les résultats à la sortie:
- OR 1,75 (IC 95% 1,31 à 2,35) pour l'état fonctionnel
- risque relatif 0,64 (IC 95% 0,51 à 0,81) pour l'admission en maison de santé
- risque relatif 0,72 (IC 95% 0,55 à 0,95) pour la mortalité
Et respectivement en fin de suivi:
- OR 1,36 (IC 95% 1,07 à 1,71)
- risque relatif 0,84 (IC 95% 0,72 à 0,99)
- risque relatif 0,87 (IC 95% 0,77 à 0,97)
Des données limitées étaient disponibles concernant l'impact sur les soins et sur les coûts.
Comparées à celles des groupes témoins, la durée moyenne pondérée de séjour après randomisation a été plus longue chez les patients affectés à la réadaptation gériatrique générale (24,5 contre 15,1 jours) et plus courte chez les patients affectés à la réadaptation gériatrique orthopédique (24,6 jours contre 28,9 jours).

CONCLUSION
La réadaptation visant spécifiquement les patients hospitalisés en gériatrie a le potentiel pour améliorer les résultats liés à la fonction, l'admission en maison médicalisée et la mortalité.
Les données disponibles sont insuffisantes pour définir les caractéristiques et l'impact économique des programmes les plus satisfaisants.

Lien vers PEDro


Notez

The influence of the therapist-patient relationship on treatment outcome in physical rehabilitation: a systematic review [with consumer summary]
Hall AM, Ferreira PH, Maher CG, Latimer J, Ferreira ML
Physical Therapy 2010 Aug;90(8):1099-1110


L'influence de la relation thérapeute-patient dans le résultat du traitement en réhabilitation physique: une revue systématique
Revue systématique. Les revues systématiques ne sont pas notées.

CONTEXTE
On a montré qu'il y avait un lien entre l'alliance de travail ou lien de collaboration entre le client et le psychothérapeute, et le résultat d'une psychothérapie.

OBJECTIF
Le but de cette étude était de déterminer si il existe un lien entre l'alliance de travail et les résultats dans le domaine de la réadaptation physique.

METHODE
Source des données:
Une recherche sensible de 6 bases de données a identifié 1600 titres au total.
Sélection des études:
Les études prospectives de patients suivis en réadaptation physique ont été sélectionnées pour cette revue systématique.
Extraction des données:
Pour chaque étude incluse, des données descriptives sur les participants, les interventions, les mesures d'alliance et de résultat (ainsi que les données de corrélation pour l'alliance et les résultats) ont été extraits.
Synthèse des données:
13 études incluant des patients souffrant de lésions cérébrales, de troubles musculosquelettiques, de maladie cardiaques ou de pathologies multiples ont été extraites. Divers résultats ont été mesurés, comprenant la douleur, le handicap, la qualité de vie, la dépression, l'observance et la satisfaction du traitement.
L'alliance a été le plus souvent mesurée avec le « Working Alliance Inventory », qui a été évalué par le patient et le thérapeute au cours de la 3ème ou 4ème séance de traitement.

RESULTATS
Les résultats indiquent que l'alliance est positivement associée:
1- à l'observance du traitement chez les patients souffrant de lésions cérébrales et les patients atteints de pathologies multiples recherchant la physiothérapie.
2- aux symptômes dépressifs chez les patients atteints de maladies cardiaques et ceux souffrant de lésions cérébrales.
3- à la satisfaction du traitement chez les patients présentant des troubles musculosquelettiques.
4- la fonction physique chez les patients âgés et ceux souffrant de lombalgies chroniques.

LIMITES
Parmi les études homogènes, il n'y avait pas suffisamment de données collectées pour permettre la mise en commun des résultats.

CONCLUSIONS
A partir de cette revue, l'alliance entre le thérapeute et le patient semble avoir un effet positif sur les résultats du traitement dans le domaines de la réadaptation physique; cependant plus de recherche est nécessaire pour déterminer l'importance de ce lien.

Lien vers PEDro


Notez

1 2




Accouchement Activité physique Acupuncture Adolescent Aimant Albutérol Algohallucinose Algoneurodystrophie ALI Amplitude articulaire Amputation Aponévrotomie Arthroplastie Arthrose Arthrose carpo-métacarpienne du pouce Articulation Aspiration Asthme Atélectasie Athlètes ATM Attelle Autonomie Auto-prise en charge AVC Balnéothérapie Bêta endorphine Biofeedback Blessures BPCO Bronchiolite Bursite Calcification Canal carpien Canal lombaire étroit Cancer Cancer du sein Capacités fonctionnelles Capsulite rétractile Cartilage CCO Cerveau Cervicales Cervicales Cervicalgie Chambre d'inhalation Cheville Chirurgie Chirurgie Thoracique Chute Claudication intermittente Coiffe des rotateurs Comportement alimentaire Conflit sous-acromial Consolidation Contractures Contrainte Induite Controle moteur Contrôle moteur Contrôle postural Coude Courants interférentiels Coxarthrose CPAP Critères d'inclusion Croissance Cryothérapie Cycloergomètre Déglutition Désencombrement Domicile Dornase alpha Douleur Douleur chronique Drainage lymphatique manuel Dysplasie broncho pulmonaire Dyspnée Eau froide Echauffement Education thérapeutique Effet placebo Effets indésirables Electro-stimulation Endurance Entorse Entraînement aérobie Entraînement physique Entraînement respiratoire Epaule Épaule Epaule gelée Equilibre Equipement Equitation thérapeutique Etirements Etirements Exercice Exercice fonctionnel exercice physique Exercice physique Exercices Exercices supervisés Exercices thérapeutiques Expiration Extensibilité Fasciite plantaire Fatigue Femmes Fibromyalgie Fléau cervical Fonction articulaire Fonction cognitive Fonction motrice Fonction physique Football Force musculaire Fracture Genou Gonarthrose Greffe de cellules souches Guillain-Barré Hanche Handicap Hémiplégie Hippothérapie Hôpital de jour Hospitalisation Imagerie mentale Imagerie motrice IMC Infiltration Instabilité Insuffisance cardiaque Insuffisance veineuse Intubation Ischio-jambiers IUE Jeux interactifs Kinesio-taping Kinésithérapie respiratoire Laser basse intensité LCA Lésion médullaire Lésions sportives Ligament Ligamentoplastie Lipides Lombalgie Lombalgie aiguë Lombalgie chronique Lombalgie mécanique Luxation Lymphoedème Lymphœdème Maintien à domicile Maitland Maladie coronarienne Manipulation marche Marche massage Massage Mc Ardle Médecine physique Médecines alternatives et complémentaires Membre inférieur Membre supérieur Menisectomie Menisque Mobilisation passive Mobilisation passive continue Mobilisation spécifique Mobilité articulaire Moelle épinière Mortalité Motricité Mucoviscidose Muscle Nébulisation Neuro-musculaire Obésité Ondes courtes diathermiques Ondes de choc Ondes de choc extra-corporelles Ondes de choc radiales extra-corporelles Orthèse Orthèse plantaire Os Ostéoporose Ostéosynthèse Oxygène Paralysie Parkinson Patella Patient PEEP Percussions Performance physique Pied creux Placebo Plancher pelvien Pontage Port de charges Poste informatique Poumon PPC Prédiction clinique Préopératoire Pression Prévention Proprioception Protocole Psychologie PTG Quadriceps Qualité de vie Quinine Rachis Rapport coût efficacité Réadaptation cardiaque Réadaptation respiratoire Réalité virtuelle Réanimation Récidive Recommandations cliniques Récupération musculaire Rééducation périnéale Rééducation respiratoire Réentrainement locomoteur Relation thérapeutique Relaxation Renforcement musculaire Rentabilité Résistance Résistance élastique Respirateur Respirateur oscillatoire Revue Systématique Rotation latérale SAOS Satisfaction Sclérose en plaques Scoliose idiopathique SDRA SDRC Sécrétions Semelle Service d'urgence Sevrage Sibilances SNAGs Soins ambulatoires Soins intensifs Sommeil Spasticité Sport Syndrome de la bandelette ilio-tibiale Syndrome douloureux régional complexe Syndrome fémoro-patellaire Syndrome fémoro-patellaire Syndrome sous-acromial Tabagisme Tai-Chi Talalgie Talon Tape Télésanté Tendinite Tendinopathie Tendinopathie patellaire Tendon Tendon calcanéen Tendon d'Achille Tennis elbow TENS Tétraplégie Thérapie cognitivo-comportementale Thérapie cognitivo-comportementale Thérapie manuelle Thérapie miroir Thérapie myofasciale Thérapie par laser Tibia Tissu neural TMS Toux Traitement chirurgical Traitement conservateur Traitement fonctionnel Travail posté Trigger Points Troubles neurodégénératifs Ultrasons VEMS Ventilation Ventilation mécanique Vertèbre Vibrations Vitesse de marche VNI

Derniers commentaires





RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile


Profil
Jean Mougel