Actualités

Partager sur :

congrès SFETD matinée du 13 Novembre 2015

13 décembre 2015 Association
Vue 729 fois

Génétique et phénotype des patients pour adapter la prise d’opioïdes (Pr Desmeules) :

Le métabolisme plus ou moins rapide des produits actifs, tels que les opioïdes, induit une concentration sanguine plus ou moins importante de ce même produit actif (1), avec d’éventuels risques de surdosage et d’effets secondaires en cas de dégradation lente (2). Un test permettant de vérifier les capacités métaboliques des sujets est justement en développement afin d’adapter les traitements aux patients (3).

Cancer et analgésie (Pr Forget) :

L’utilisation des opioïdes à haute dose lors de la chirurgie du cancer est un facteur de risque de récidive précoce et de mort dans les années suivant la chirurgie (4), à l’inverse les anti-inflammatoires non stéroïdiens semblent avoir un effet protecteur (5).

Traitement du Syndrome Douloureux Régional Chronique SDRC-1 (Dr O’Connell) :

A ce jour, plusieurs recommandations multidisciplinaires (6,7) et plusieurs traitements sont recommandés. Cependant le niveau de preuve d’efficacité de ces traitements reste faible (8,9). D’un point de vue pharmacologique, les bisphosphonates sont le traitement le plus prometteur (10).

Physiologie de la douleur : un nouveau paradigme (Pr Basbaum)

La douleur chronique s’accompagne d’une perte des interneurones inhibiteurs GABAnergique. Dans un concept où la douleur chronique est une maladie avec perte de l’inhibition à l’instar de l’épilepsie, la greffe de cellule souche a montré chez l’animal la possibilité de contrer cette perte d’interneurone. Cet effet s’accompagne d’effet au niveau comportemental, l’animal ne déclenchant pas de signe de douleur neuropathique après lésion expérimentale (11).

 

Bibliographie :

 

  1. Lötsch J, Geisslinger G, Tegeder I. Genetic modulation of the pharmacological treatment of pain. Pharmacol Ther. 2009 Nov;124(2):168–84.
  2. Rebsamen MC, Desmeules J, Daali Y, Chiappe A, Diemand A, Rey C, et al. The AmpliChip CYP450 test: cytochrome P450 2D6 genotype assessment and phenotype prediction. Pharmacogenomics J. 2009 Feb;9(1):34–41.
  3. Bosilkovska M, Samer CF, Déglon J, Rebsamen M, Staub C, Dayer P, et al. Geneva Cocktail for Cytochrome P450 and P-Glycoprotein Activity Assessment Using Dried Blood Spots. Clin Pharmacol Ther. 2014 Sep;96(3):349–59.
  4. Forget P, Coulie PG, Retsky M, Demicheli R, Machiels JP, De Kock M. Is there a rationale for an anesthesiologist’s role against cancer recurrence? Acta Anaesthesiol Belg. 2013;64(1):15–24.
  5. Cata JP, Hernandez M, Lewis VO, Kurz A. Can Regional Anesthesia and Analgesia Prolong Cancer Survival After Orthopaedic Oncologic Surgery? Clin Orthop. 2014 May;472(5):1434–41.
  6. Perez RS, Zollinger PE, Dijkstra PU, Thomassen-Hilgersom IL, Zuurmond WW, Rosenbrand KC, et al. Evidence based guidelines for complex regional pain syndrome type 1. BMC Neurol. 2010 Mar 31;10:20.
  7. Harden RN, Oaklander AL, Burton AW, Perez RSGM, Richardson K, Swan M, et al. Complex regional pain syndrome: practical diagnostic and treatment guidelines, 4th edition. Pain Med Malden Mass. 2013 Feb;14(2):180–229.
  8. O’Connell NE, Wand BM, McAuley J, Marston L, Moseley GL. Interventions for treating pain and disability in adults with complex regional pain syndrome. Cochrane Database Syst Rev. 2013;4:CD009416.
  9. Stanton TR, Wand BM, Carr DB, Birklein F, Wasner GL, O’Connell NE. Local anaesthetic sympathetic blockade for complex regional pain syndrome. Cochrane Database Syst Rev. 2013;8:CD004598.
  10. Wertli MM, Kessels AGH, Perez RSGM, Bachmann LM, Brunner F. Rational pain management in complex regional pain syndrome 1 (CRPS 1)--a network meta-analysis. Pain Med Malden Mass. 2014 Sep;15(9):1575–89.
  11. Southwell DG, Nicholas CR, Basbaum AI, Stryker MP, Kriegstein AR, Rubenstein JL, et al. Interneurons from Embryonic Development to Cell-Based Therapy. Science. 2014 Apr 11;344(6180):1240622.



J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.